FAQs

LES RÉPONSES À TOUTES VOS QUESTIONS

Retrouvez facilement votre question en sélectionnant une catégorie : 
Vous ne trouvez pas la réponse à votre question ?

Posez-là via notre formulaire de contact.

NOTRE AGENCE

Pourquoi Ave Mundum plutôt qu’une autre agence spécialiste ?

Avec les billets tour du monde classiques, les principaux avantages sont que cela revient généralement moins cher que de tout réserver par soi-même, ainsi que de pouvoir modifier vos dates de vols en cours de route. La où notre agence fait la différence, c’est que nos billets tour du monde ne sont pas des billets tour du monde classiques, mais grâce à notre savoir-faire nous avons toutefois développé un moyen de combiner les avantages d’un billet tour du monde classiques sans en subir leurs inconvénients en même temps, et tout en bénéficiant d’un prix souvent nettement moins cher. 

NOS AVANTAGES

  • Nos tarifs : les plus bas du marché ! 
  • Votre tour du monde peut durer jusqu’à 15 mois ! Alors que les autres agences limitent la durée d’un tour du monde à 1 an, avec Ave Mundum vous pouvez voyager jusqu’à 3 mois de plus. 
  • Notre tarif n’étant pas basé sur le nombre de segments comme c’est le cas avec les billets tour du monde classiques, les segments par voie terrestre n’entraînent pas de hausse de tarif pour autant. N’hésitez donc privilégier les tronçons par voie terrestre car c’est plus intéressant que de devoir revenir sur vos pas ! 
  • Vous pouvez prolonger la plupart des escales sans frais supplémentaires, ce qui n’est pas le cas avec des billets tour du monde classiques. Vos escales à New York, Miami, Dubaï, Bangkok, ou encore Sydney seront donc autant de raisons de découvrir une ville ou une région de plus pendant votre tour du monde. 
  • Enfin, vous avez également l’avantage de pouvoir changer d’itinéraire (et pas seulement de dates !) après la réservation : nous n’émettons les billets qu’au fur et à mesure (entre 2 et 8 mois avant un vol, selon la compagnie et la saison), et tant que les billets ne sont pas émis, vous pouvez donc changer votre itinéraire sans que nous devions annuler le vol, et cela vous laisse donc un temps de réflexion supplémentaire après avoir confirmé le devis.

Pourquoi passer par Ave Mundum plutôt que de réserver mes vols par moi-même ?

Réserver ses billets par soi-même au fur et à mesure de son avancée plutôt que de passer par une agence représente certains avantages et ce mode de voyage conviendra sans doute mieux à ceux qui ont la chance de pouvoir voyager assez longtemps et sans date de retour, et à condition aussi d’avoir un certain budget. Voyager ainsi permet effectivement de dessiner son itinéraire au fur et à mesure en fonction des envies du moment et des rencontres, et de se sentir donc plus libres.

Il convient toutefois de réfléchir à deux fois avant de partir ainsi, car cette liberté demeurera de toute façon entravée par certaines contraintes :

  • Nécessité de réserver vos vols moyen- et long-courriers suffisamment longtemps en avance pour avoir un prix pas trop élevé.
  • Nécessité de prévoir son itinéraire en avance afin de ne pas arriver dans un pays en pleine saison des pluies ou quand les températures sont extrêmes.  
  • De nombreux pays nécessitent l’obtention d’un visa au préalable, vous contraignant à vous y rendre dans un créneau de dates précis.
  • Vous devrez consacrer du temps au cours de votre voyage pour trouver et réserver vos différents vols.
  • Vous ne savez pas à l’avance combien vous coûteront vos différents vols et devez donc garder une certaine provision d’argent de côté.

Si vous décidez de regarder sur les comparateurs de vols combien votre tour du monde vous coûterait en réservant tout par vous-mêmes, n’oubliez pas non plus de tenir en compte certains paramètres importants : 

  • De nombreuses compagnies régulières facturent désormais également les bagages en soute (le tarif sur les comparateurs est toujours le tarif le moins cher, généralement hors bagage en soute donc !)
  • De plus en plus de compagnies facturent maintenant aussi les bagages en cabine (les seuls bagages autorisés se limitent alors à un “article personnel” aux dimensions très réduites, que vous devez pouvoir glisser sous votre siège pendant le vol). Cela concerne pour l’instant essentiellement des compagnies américaines, mais de plus en plus de compagnies européennes les facturent désormais également : Wow Air, Ryanair, Wizzair, …
  • Ne perdez pas de vue non plus que sur de nombreux comparateurs ce vols et sites de compagnies de compagnies aériennes, le prix final n’est pas le même que le prix affiché : des frais de transaction ou des frais de dossier vous seront facturés lors du paiement. Les compagnies à facturer des frais de transaction sont toutefois essentiellement situées en Asie et en Océanie, car en Europe et dans d’autres régions du monde la loi impose aux compagnies d’afficher le prix final directement. 
  • Si vous réservez directement sur le site d’une compagnie aérienne, il n’est pas toujours possible de payer en euros, et dans ce cas des frais de change s’appliquent. 
  • Dans de nombreux pays d’Amérique du Sud, le tarif pour les locaux n’est pas le même que celui pour les étrangers, qui paient parfois jusqu’à 5 fois plus cher ! Attention donc aux comparateurs de vols, qui ne vous donnent pas systématiquement le tarif réservé aux étrangers (notamment Google Flights). 
Ai-je intérêt à réserver certains vols par moi-même malgré tout ?

Nous vous recommandons de réserver les vols court-courrier par vous-mêmes afin de garder un maximum de flexibilité une fois sur place. À votre demande, nous pouvons également nous en charger mais nous vous le déconseillons. 

Réserver de trop nombreux vols vous obligerait en effet à devoir planifier tout votre programme sur place en fonction de ceux-ci. Vous vous rendrez vite compte que c’est assez liberticide et qu’il est plus agréable de pouvoir vivre au jour le jour et de se laisser ainsi guider par ses envies du moment et les rencontres sans contraintes de dates ou d’itinéraire. Beaucoup de voyageurs font d’ailleurs part de leur regret d’avoir réservé trop de vols en avance, les obligeant à toujours devoir s’organiser en amont pour arriver à tel endroit à telle date. Mieux vaut donc plutôt réserver vos vols court-courriers par vous-mêmes en dernière minute (les prix de ces vols sont généralement assez stables dans le temps, contrairement aux vols moyen ou long-courriers qui nécessitent d’être réservés plusieurs mois en avance pour avoir des bons prix).

Plutôt que de prendre des vols court-courriers, il est souvent possible aussi se déplacer par voie terrestre (en bus, en train, en stop, en ferry…), ce qui est finalement aussi plus écologique, souvent source de belles rencontres avec des locaux, et généralement moins cher (mais pas toujours). Et les paysages constituent également parfois à eux seuls une bonne raison de ne pas prendre l’avion ! Pour rejoindre la Colombie depuis le Panama par exemple (ou inversément), il est possible de le faire en combinant bus & bateau… la plupart des backpackers relient ces deux pays malgré tout en avion et ce malgré un prix plus élevé ! 

Notre philosophie est quoi qu’il en soit de vous suggérer de ne prendre l’avion que quand cela s’avère vraiment nécessaire : quand il s’agit de parcourir une longue distance en une fois ou qu’un passage par voie terrestre n’est pas une option (problèmes de sécurité, frontière fermée aux étrangers, absence de route,…).

Ave Mundum peut-il se charger de réserver d'autres choses que mes vols ?

Malheureusement non. Nous nous occupons que des vols.

Nous avons en revanche énormément voyagé et pouvons donc vous conseiller, que ce soit pour les activités à faire sur place, la réservation du Transsibérien, sur comment vous rendre d’un pays à l’autre par voie terrestre, etc.

Comment cela se passe-t-il au niveau du paiement ?

Vous pouvez payer par carte de crédit ou par virement bancaire.

Paiements par virement : 

Notre compte en banque étant situé en Belgique, il s’agit d’un virement européen si votre compte est en dehors de la Belgique (ces virements sont entièrement gratuits, même depuis la Suisse). Certaines banques n’activent pas automatiquement l’autorisation de faire un virement européen (SEPA) : au cas-où c’est le cas, un simple coup de fil auprès de votre banque suffit pour débloquer votre compte.

Paiements par carte de crédit : 

Nous acceptons les paiements par tout type de carte Visa et Mastercard. Les cartes Amex (American Express) ne sont en revanche pas acceptées. Certaines cartes de banque incluent une assurance annulation lorsque vous payez vos vols par carte, et il peut donc être intéressant de payer par carte. Pensez aussi à relever votre plafond si celui-ci est limité à une certaine somme. 

DÉROULEMENT DES VOLS

Pour les vols qui se font en compagnies low-cost, qu’est-ce que cela implique ?

Les compagnies low-cost opérant sur du long-courrier disposent de plus d’espace pour les jambes que dans les low-cost opérant sur du moyen-courrier type Ryanair. Le seul vrai point négatif est que les repas à bord sont payants, mais rien ne vous empêche bien sûr d’emporter votre propre pique-nique à bord si vous ne voulez rien payer en supplément. Ces avions ne disposent par ailleurs pas toujours d’écrans personnels et il convient donc d’emporter suffisamment de lecture avec, mais les vols long-courrier en low-cost se font quoi qu’il en soit généralement de nuit. 

Quels sont les restrictions des bagages en cabine ?

Si vous n’emportez pas de bagage en soute, se limiter à un sac à dos qui respecte les limitations en termes de volume et de poids des bagages en cabine n’est heureusement pas si compliqué qu’il n’y parait, pour la simple raison qu’il existe sur le marché du matériel très léger – et pas forcément plus cher – qui maintiendra votre bagage en cabine facilement en dessous du poids maximum toléré.

Pour une liste très complète de tout ce qu’il est possible d’emporter sans dépasser les 7 kg pour autant, vous pouvez ainsi consulter notre check-list. Quant au volume maximal autorisé, si vous disposez d’un sac à dos souple d’un litrage ne dépassant pas les 44 L, il rentrera en cabine partout. Pour le reste, il s’agira aussi de veiller à ne pas emporter certains objets interdits en cabine tels que canif, ciseaux ou encore briquet. Pour plus de détails, reportez-vous à la rubrique de notre site consacré aux restrictions des bagages en cabine.

Quelles seront mes villes d'escale ?

Certaines de vos escales seront déjà fixées d’avance alors que d’autres ne seront parfois connues qu’au moment où vos billets seront émis. Dans de nombreuses d’entre elles, ce sera l’occasion d’y faire un city-trip de quelques jours, car notre manière de réserver vos vols permet généralement de prolonger l’escale sans frais supplémentaire. Il ne faut donc pas hésiter à profiter de l’occasion pour passer quelques jours dans la ville dans laquelle vous faites escale car ce n’est pas tous les jours que vous avez ainsi deux destinations pour le prix d’une !

Vous pouvez faire durer l’escale jusqu’à 2 semaines maximum. Si, par exemple, lors d’une étape à Miami, vous voulez en profiter pour faire un roadtrip à travers toute la Floride, c’est l’occasion de faire durer l’étape une dizaine de jours !

Généralement, les escales se font dans des hubs aériens, qui sont souvent des grandes villes telles que New York, Miami, Dubaï, Hong Kong, Bangkok, Kuala Lumpur, Singapour, Sydney, Auckland,… pour ne citer que quelques exemples assez courants ! Les villes dans lesquelles on vous propose de prolonger l’escale sont bien sûr toujours situées dans des destinations ne nécessitant pas de visa. 

NB : il se peut que l’aéroport d’escale dans lequel vous atterrissez ne soit pas le même que l’aéroport duquel vous repartirez. Par exemple, si votre ville d’escale était Paris, il se pourrait que vous auriez atterri à Roissy-Charles de Gaulle avant de repartir à la fin de votre séjour depuis Orly.

Puis-je choisir mes sièges dans l’avion ?

Il vous sera demandé lors de la confirmation de votre tour du monde si vous préférez un siège côté couloir ou côté hublot. Nous ne pourrons bien sûr que respecter ces préférences dans la limite des sièges encore disponibles au moment de la réservation de chaque vol. Notez par ailleurs que quand vous voyagerez en low-cost, vos sièges seront généralement attribués de manière aléatoire par la compagnie.

Si vous voyagez à plusieurs, nous vous attribuerons des places les uns à côté des autres dans la mesure du possible. Si un vol est déjà bien rempli, il se peut en effet qu’il n’y ait pas deux places côte-à-côte de vacantes. Dans certaines compagnies aériennes, un supplément est toutefois demandé pour la sélection des sièges (même pour les agences !), et dans ce cas-là nous laissons la compagnie aérienne choisir librement vos sièges. Dans la plupart des cas, elle vous mettra les bien sûr les uns à côté des autres (en fonction des places encore disponibles).  

VOS BILLETS DE VOLS

Sous quelle forme les billets d’avion me seront-ils envoyés ?

Dès que nous aurons émis vos billets (entre 2 et 8 mois avant le départ d’un vol) nous vous enverrons la confirmation de la réservation par e-mail. Vous recevrez donc vos différentes réservations de vols au fur et à mesure de votre tour du monde. Tant que vous ne l’avez pas reçu, vos vols restent modifiables sans frais.

Nous vous inviterons également à télécharger une application sur votre smartphone où vous pourrez avoir une vue d’ensemble sur tous vos vols, ainsi que d’être notifiés en cas de changement d’horaire. 

Quand est-ce que les détails de mes vols seront connus ?

Vous connaîtrez la date et l’horaire exacts d’un vol au moment où les billets seront émis (entre 2 et 8 mois avant le départ du vol). Vos vols seront réservés avec une flexibilité de max. 2 jours sur la date mentionnée afin de pouvoir vous faire bénéficier du meilleur prix. La compagnie aérienne qui effectuera le vol ne sera donc elle aussi connue qu’au moment où le billet sera émis.

Qu'y a-t-il d'inclus dans le prix des billets tour du monde "faits maison" ?

Tous nos tarifs sont TTC et comprennent l’ensemble de vos vols. Si, en cours de route, vous souhaitez changer vos dates de vols, c’est bien sûr possible, mais des frais pourraient s’appliquer (voir la question s’y rapportant).

Quant aux frais sur place (transports, hébergement, acitivités, restauration,…), ils restent bien sûr à votre charge.

MODIFICATIONS DE VOLS & IMPRÉVUS

Modifier la date ou l’itinéraire d’un vol, combien ça coûte ?

Changer la date et/ou l’itinéraire d’un de vos vols est gratuit tant que le billet de vol n’a pas été émis. Une fois le billet émis (entre 2 et 8 mois avant la date du vol), des frais de modification s’appliqueront. Les frais de modification varient selon la compagnie aérienne : cela peut aller de quelques dizaines d’euros à plus de 150 €. 

Tenez aussi compte que changer la date ou l’itinéraire d’un vol peut entraîner selon les circonstances des frais supplémentaires en plus des frais de modifications. Si vous décidez par exemple de reporter votre date de départ du 15 juin au 5 juillet, vous risquez ainsi d’avoir un supplément, les vols en juillet étant souvent plus chers qu’au mois de juin. De même que certains vols peuvent être complets longtemps en avance si voyagez en haute saison, et qu’il convient donc de fixer vos dates le plus tôt possible. 

Nous vous conseillons donc de bien réfléchir à vos dates en amont afin d’éviter les frais inutiles.

Puis-je changer mes dates de vols en dernière minute ?

A priori, oui. Cela dit, plus la date d’un vol est proche, moins il y a de chances qu’il reste des sièges au même tarif que celui que nous avons obtenu pour le vol réservé. Vous devrez donc dans ce cas supporter les coûts de surclassement (vous resterez en classe économique… mais il y a plusieurs classes de sièges au sein de cette même classe !) en plus des frais de modifications de date imposées par la compagnie.

Tenez aussi compte que certains vols peuvent être complets longtemps à l’avance – surtout en haute saison – et que modifier la date de son vol en dernière minute peut donc être techniquement impossible tout simplement.

Que se passe-t-il si un de mes vols est retardé ou annulé ?

La responsabilité en cas de retard ou d’annulation d’un vol relève dans la grande majorité des cas uniquement de la compagnie aérienne. Si tel est le cas, c’est elle qui se chargera alors de vous mettre sur un autre vol ou de vous payer l’hôtel si le vol devait être reporté jusqu’au lendemain. 

Toutefois, dans certains cas très exceptionnels, pour des raisons de météo extrême ou de grève du personnel au sol par exemple, un vol peut être reporté sans que cela relève de la responsabilité de la compagnie aérienne, et il faudra alors tout simplement prendre votre mal en patience en attendant que la situation revienne à la normale. Si la situation de crise semble faite pour durer (suite par exemple à la présence d’un nuage de cendres engendré par l’éruption d’un volcan, un aéroport peut être amené à fermer pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines), il faudra alors nous contacter pour que nous puissions éventuellement vous trouver une alternative. Vous aurez à votre disposition un numéro d’urgence qui servira à pouvoir nous joindre au cas-où un tel problème devait survenir un jour férié et que le numéro de notre agence ne répond pas. Ce numéro fonctionnera également par Whatsapp, ce qui vous évitera des frais supplémentaires.

Que se passe-t-il si je rate un de mes vols ?

Prévoyez d’arriver bien à l’heure à l’aéroport car si vous ratez votre vol, votre billet sera tout simplement perdu et l’achat d’un nouveau billet sera donc entièrement à votre charge. Pour les vols internationaux, il convient ainsi d’arriver au moins 2 heures en avance, voire davantage les jours de grands départs. Pour les vols au départ d’Israël, il est même plus prudent d’arriver 3 heures en avance, car vous subirez systématiquement un interrogatoire : si votre profil est considéré comme suspect, vous pourriez être amené à avoir un interrogatoire plus poussé. 

N’oubliez pas non plus d’avoir sur vous un billet de continuation quand cela est nécessaire pour ne pas vous faire refuser l’embarquement par la compagnie aérienne.

Attention aussi à bien vérifier votre aéroport de départ : certaines villes disposent de plusieurs aéroports et l’aéroport duquel vous repartirez ne sera pas forcément le même que celui par lequel vous êtes arrivé !

Les visas de certains pays apposés dans mon passeport pourraient-ils me poser problème ?

Si vous vous êtes rendus en Iran, en Irak, en Syrie ou au Soudan depuis mars 2011 et qu’un de leurs visas se retrouve toujours apposé dans votre passeport, l’entrée sur le territoire des Etats Unis – et ce même si vous n’y faites que escale – requiert alors un visa type B2 et celui-ci ne vous sera délivré qu’après un entretien en personne à l’ambassade (il faudra donc vous rendre dans une capitale). Ce visa coûte environ 160 € et est valable 10 ans. Une manière de contourner ce problème est de déclarer votre passeport comme perdu… et un nouveau passeport vous sera alors délivré. Vous devrez tout de même payer le prix du nouveau passeport, et devrez également mentir lorsqu’en remplissant le formulaire ESTA vous stipulerez que vous ne vous êtes pas rendus dans un de ces pays ces dix dernières années. Le risque de vous faire prendre est proche de zéro (à moins d’avoir déjà été fiché dans le passé par Interpol…). Cette pratique n’est en revanche pas du tout légale et nous nous devons donc de vous la déconseiller vivement (sinon nous serions complices). 

Se rendre dans un de ces pays après avoir été aux USA ne pose en revanche pas de problèmes. 

L’entrée en territoire israélien peut elle aussi être hasardeuse si vous vous êtes rendus dans un de ces pays, ainsi que si vous vous êtes rendus dans certains autres pays « ennemis » tels que le Liban.

Avoir un tampon israélien sur son passeport peut lui aussi poser problème dans de nombreux pays musulmans (notamment l’Iran, qui ne reconnait pas Israël), cependant, depuis quelques années, Israël ne tamponne plus directement les passeports et votre passage dans ce pays peut donc passer inaperçu.

ÉLABORER SON ITINÉRAIRE

Comment élaborer mon itinéraire de la meilleure manière ?
  • Allez là où vous avez toujours rêvé d’aller

Votre tour du monde constituera sans doute une des expériences les plus marquantes de votre vie et il convient donc avant tout d’élaborer un itinéraire à travers des pays qui vous font rêver !

  • Ne voyez pas trop grand

On ne voyage pas au même rythme quand on part plusieurs mois que quand on part une semaine ! La plupart des gens qui reviennent d’un tour du monde disent d’ailleurs que si c’était à refaire, ils auraient inclus moins de pays. Découvrir des endroits hors du commun, c’est super, mais de temps en temps vous verrez que aurez aussi envie de poser quelques jours ou de faire d’autres choses. Si vous avez des visas à faire en cours de route, il faudra également prévoir du temps pour cela. Si votre bucket-list de pays à voir absolument est longue, privilégiez donc avant tout les pays lointains dont il serait trop onéreux à s’y rendre par la suite en prenant un aller-retour depuis l’Europe.

  • Visitez chaque destination à la bonne saison

Ce n’est pas toujours chose facile d’arranger son itinéraire afin de visiter chaque région du monde à la bonne saison. Aussi, si vous voulez savoir à quelle moment tombe la bonne saison dans un pays, il ne s’agit pas de regarder seulement les températures moyennes et la pluviométrie pour trouver le moment idéal, car ces données sont parfois trompeuses ! Ce n’est ainsi pas parce qu’un mois est pluvieux qu’il est forcément à déconseiller : à Hanoï par exemple, les deux mois les plus pluvieux (juillet & août) sont aussi les deux mois les plus ensoleillés, et inversément, en février et mars, le climat est très sec, mais le ciel est alors presque constamment couvert et il y a souvent une petite bruine… et l’ambiance générale est donc un peu morne ! Attention donc aux sites de voyages qui se prétendent « spécialistes des climats » et qui se basent en réalité uniquement sur la pluviométrie et les températures moyennes pour déterminer quelle est la meilleure période pour vous rendre dans tel ou tel pays… vous pourriez avoir des mauvaises surprises ! Si vous voyez sur leur site que la meilleure période pour visiter Hanoï se situe les mois d’hiver, commencez donc déjà par changer de site ! 

La période propice pour se rendre dans une région dépendra aussi de ce que vous souhaitez y faire : si vous alle quelque part pour un séjour balnéaire, c’est avant tout l’ensoleillement, la température de la mer et la température de l’air qui importeront, alors que si vous partez dans une région pour y faire des safaris, le plus important est que vous partiez en saison sèche, quand les surfaces humides se font plus rares et que les animaux sont donc plus facilement repérables puisqu’ils se rassemblent autour des rares points d’eau restants. En saison des pluies, la végétation est par ailleurs tellement épaisse que vous ne pourriez pas voir une grosse bête qui rôde pourtant à quelques mètres de vous ! Quant à ceux qui partent trekker en montagne, il conviendra de ne pas s’y rendre trop tôt dans la saison : à cause de l’altitude, la neige commence à y fondre que bien plus tard dans l’année, et certains passages demeurent ainsi souvent bloqués par la neige jusqu’à assez tard dans la saison ! 

Ceci ne sont que quelques exemples parmi d’autres, et bien d’autres paramètres pourraient encore être pris en compte pour déterminer la meilleure période pour se rendre dans une région : le calendrier des festivals, l’affluence touristique, le risque d’un ouragan, etc…

Notez toutefois que certaines régions se prêtent bien à la découverte tout au long de l’année, même si les conditions ne sont pas toujours optimales. 

Afin de vous aider à savoir quand a lieu la période propice pour se rendre à un endroit ou pour pratiquer une certaine activité, nous sommes en train d’élaborer un guide qui sera publié prochainement sur notre site. En attendant, n’hésitez pas à consulter nos itinéraires thématiques, qui ont été optimisés afin que vous soyez dans chaque région à une période favorable !

  • Evitez les périodes où les vols sont trop chers

Dans chaque région du monde, la période des vacances scolaires est souvent une période pendant laquelle les vols sont plus chers, car beaucoup partent en vacances à ce moment-là. Pour voyager moins cher, il s’agit donc d’éviter au maximum de prendre l’avion à ces périodes-là. Vous renseigner quand tombent les vacances scolaires dans chaque destination que vous comptez visiter est sans doute trop fastidieux : une fois que vous nous aurez envoyé votre demande, nous nous chargerons donc nous-mêmes de vous suggérer d’autres dates de vols si celles-ci devaient tomber dans une période trop chère.

Notez toutefois déjà qu’en règle générale, les vols dans l’hémisphère nord sont très chers de fin juin à début septembre (vacances d’été) et de mi-décembre à mi-janvier (période des fêtes); dans l’hémisphère sud, les périodes les plus onéreuses vont généralement de mi-décembre à mi-février et de fin juin à fin juillet.

En Océanie, la période allant de mi-septembre à fin octobre est généralement très chargée également (Spring Break + arrivée des voyageurs en PVT).

En Amérique du Nord, le mois de mars (Spring Break) et la dernière décade de novembre (Thanksgiving) sont elles aussi très chères.

  • Evitez de vous rendre dans des pays trop enclavés en avion

Des pays comme la Mongolie, la Bolivie ou encore la Nouvelle-Calédonie sont des pays qui sont très mal desservis en termes de liaisons aériennes et dont il revient donc assez cher de s’y rendre en avion : si vous souhaitez y aller sans faire exploser le prix de vos vols pour autant, mieux vaut donc s’y rendre depuis un pays voisin quand c’est possible. Pour vous rendre en Bolivie, il revient par exemple à bien moins cher de vous y rendre en bus depuis Lima (qui est mieux desservi) que de prendre un vol vers La Paz.  

D’autres pays relativement enclavés – et pour lesquels il revient donc généralement assez cher de s’y rendre en avion – sont la Jordanie, l’Arménie, le Turkménistan, le Tadjikistan, le Pakistan, le Bhoutan, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’Equateur, le Venezuela, les Guyanes, Haïti, la plupart des pays d’Afrique (à l’exception du Maroc, de l’Egypte, de l’Ethiopie, du Kenya, de la Tanzanie et de l’Afrique du Sud), ainsi que la grande majorité des îles perdues au milieu d’un océan (à l’exception notable de l’Islande et de Hawaii). Tenez-en compte lorsque vous tracerez votre itinéraire : dans la mesure du possible, rendez-vous donc dans ces pays par voie terrestre depuis un pays voisin. 

Nos billets tour du monde ne sont en revanche pas des billets tour du monde au sens traditionnel du terme et nos tarifs ne sont donc pas liés au nombre d’étapes que vous effectuerez ni au nombre de miles parcourus au total. Lorsque vous créez un itinéraire, il ne faut donc pas avoir peur de multiplier les étapes ou de parcourir davantage de kilomètres, car ce n’est fondalement pas ça qui influe le tarif à la hausse. Profitez-en donc pour aller là où vous avez toujours rêvé d’aller !

Dans quel sens faire mon tour du monde ?

Avantages de le faire d’Ouest en Est :

  • Vous ne perdrez pas de temps à obtenir des visas en cours de voyage

En faisant le tour du monde dans ce sens-ci, vous commencez donc par l’Asie (après éventuellement être passé par l’Afrique) et terminez par le continent américain. De nombreux pays africains et asiatiques nécessitant l’obtention d’un visa au préalable, faire le tour du monde dans ce sens-ci vous permettra de les obtenir avant votre départ et donc de gagner du temps. Si vous faisiez le tour du monde dans l’autre sens, vous seriez en effet obligés de faire vos demandes de visas en cours de route, la plupart des visas n’étant valables que 3 mois après leur date de délivrance. Et faire les démarches pour obtenir ses visas peut être relativement chronophage car votre passeport devra être remis à l’ambassade en question pendant environ une semaine. Pour certains pays pour lesquels la demande de visas touristiques est faible (pour le Turkménistan ou le Pakistan par exemple) il est par ailleurs parfois impossible ou beaucoup plus compliqué d’obtenir un visa dans une ambassade située hors de votre pays d’origine.

  • Vous risquez moins de devoir revoir votre itinéraire

Les pays africains et asiatiques étant globalement plus instables (politiquement parlant surtout) que les pays d’Amérique latine et les pays occidentaux, mieux vaut commencer par ceux-ci. Si vous attendez la fin de votre voyage pour vous y rendre, la situation y aura en effet peut-être changé au point qu’y voyager ne soit plus vraiment une option (guerre civile, fermeture de frontière, changement de leur politique d’attribution des visas, …) et il vous faudra alors modifier votre itinéraire.

  • Des économies à la clef 

Si durant votre tour du monde vous envisagez de relier l’Océanie et l’Amérique du Sud (que ce soit ou non en passant par Tahiti et l’île de Pâques), il est bon de savoir que la traversée du Pacifique Sud est moins onéreuse dans ce sens que dans l’autre (il n’y a qu’une seule compagnie aérienne qui effectue cette liaison et la différence de prix ne relève que de leur système de tarification). La différence est de +- 200 à 300 €. 

Avantages de le faire d’Est en Ouest :

  • Peut être pertinent si vous partez au printemps ou en été  

Si la première partie de votre voyage a lieu au printemps ou en été, il peut être plus pertinent de faire votre tour du monde dans ce sens-ci plutôt que de commencer par l’Asie. Dans une bonne partie de l’Asie (grosso modo, toute sa partie sud… soit la partie où la plupart d’entre vous iront probablement), les pluies de la mousson font en effet rage à ce moment-là, ou alors les températures sont torrides, et les conditions de voyage ne sont donc pas vraiment idéales pendant ces mois-là. Inversément, en Amérique du Sud, la plupart des régions sont en saison sèche à cette période-là, et en Amérique du Nord, la période est généralement favorable également (tout dépend bien sûr de où exactement vous comptez vous rendre ainsi que dans quels mois) : cela peut donc être une bonne idée de commencer son tour du monde dans ce sens-là si vous partez pendant ces mois ! Si en revanche vous vous rendez en Amérique Centrale (Caraïbes y compris), notez que la bonne saison tombe plus ou moins en même temps que dans la moitié sud de l’Asie, soit plutôt en automne et en hiver. 

VOUS AVEZ D'AUTRES QUESTIONS ?